06 65 55 44 29
9 rue Machot, 21700 Agencourt

Eliane Fichot - kinésiologue

Votre kinésiologue à Agencourt
Eliane Fichot, kinésiologue à Agencourt, à proximité de Nuits Saint Georges, entre Dijon et Beaune

Eliane Fichot - kinésiologue

Votre kinésiologue à Agencourt
Eliane Fichot, kinésiologue à Agencourt, à proximité de Nuits Saint Georges, entre Dijon et Beaune

"Je choisis de prendre mon bien-être en urgence au lieu de prendre mon mal en patience."

Apprendre par le mouvement


"N'use pas de violence dans l'éducation des enfants, mais fais en sorte qu'ils s'instruisent en jouant: tu pourras par-là mieux discerner les dispositions naturelles de chacun" c'est déjà ce qu'avait remarqué Platon. Le Brain Gym étant une technique d'éducation kinesthésique mise au point par Paul Dennison, et pour faire suite à mon précédent article sur "la kinésiologie, une aide à l'apprentissage", je vous présente les 3 catégories de mouvements de Brain Gym,

 

1. Mouvements de la ligne médiane : la latéralité, la communication.

La dimension de la latéralité est gérée par le cortex et correspond au fonctionnement conjoint des hémisphères droit et gauche. La latéralité est la capacité de passer d'un hémisphère à l'autre, d'utiliser ses deux yeux, ses deux oreilles.

Si la latéralité n'est pas en place, le cerveau reçoit deux informations contradictoires. Par exemple : si le cerveau gauche reçoit l'information « voiture », pour lui c'est le mot « voiture ». Pour le cerveau droit, c'est l'image de la voiture. Il y a donc deux informations qui arrivent au cerveau : l'image de la voiture et le mot « voiture ». Si le sujet n'est pas bien latéralisé, il ne retient qu'une partie de l'information : soit l'image de la voiture et il ne sait pas écrire le mot, soit le mot et il ne sait pas à quoi cela ressemble.

Les mouvements ont pour but de développer les compétences motrices bilatérales et aiguiser les compétences sensorielles ainsi que la motricité fine : la vue, l'ouïe, le toucher et l'usage des deux mains.

Ce champ médian est l'espace du premier apprentissage du mouvement et des gestes en tant que symboles. C'est à partir de là que les enfants apprendront à utiliser le langage oral et écrit, qui ne sont qu'une forme plus avancée de la représentation symbolique.

La maîtrise de la motricité fine est fondamentale pour la réussite scolaire. C'est l'incapacité à traverser cette ligne médiane qui fait que l'on déclare certains enfants comme connaissant des « troubles de l'apprentissage ».

La pratique des mouvements de la ligne médiane pour la dimension gauche/droite et la latéralité améliore la communication écrite et orale et favorise le traitement des informations reçues dans notre cerveau, donc la pensée.

 

2. Exercices énergétiques et attitudes d'approfondissement : le centrage, la gestion de nos émotions.

Nos émotions sont gérées par le cerveau limbique.

Le cortex cérébral et les structures limbiques communiquent en permanence. En général, les connexions partent du petit centre limbique (qui contrôle les réactions de stress, de fuite ou de lutte) pour aller vers le grand centre cortical (lieu de la pensée et de la parole). Cela expliquerait pourquoi nos émotions influent si fortement sur nos comportements.

La capacité à s'équilibrer face à la gravité, à percevoir le danger de manière juste et à préserver sa santé physique et émotionnelle dépend en grande partie de l'interaction entre les zones émotionnelles du cerveau et celles qui gèrent la cognition.

La pratique de ces deux types d'activités contribue à la construction de la carte motrice qui met en place la conscience tactile et kinesthésique des muscles de la statique. Dans l'idéal, les compétences visuelles et auditives se construisent sur la carte proprioceptive du corps et les compétences sensorielles qui se développent grâce à l'exploration spatiale. Lorsque l'apprenant est capable d'établir une correspondance entre ce qu'il reçoit par l'intermédiaire des sens et ce qu'il expérimente par le mouvement, il peut aligner son regard, son écoute et son émotion par rapport au mouvement.

Les exercices énergétiques et les attitudes d'approfondissement rétablissent un état moindre de stress, permettent de rationaliser et renforcer la coordination entre pensée et action.

Ils développent la stabilité et l'équilibre, agissent sur la qualité de la statique et le système vestibulaire (1). Ils renforcent l'enracinement, ce qui améliore l'équilibre, l'anticipation, la directionnalité, l'organisation et la stabilité émotionnelle.

La pratique des exercices énergétiques pour la dimension haut-bas et le centrage améliore l'organisation, on se sent calme, on est capable de prendre une décision plus rationnelle.

 

(1) Le système vestibulaire est un organe sensoriel barosensible situé dans l'oreille interne qui contribue à la sensation de mouvement et à l'équilibre chez la plupart des mammifères.

Le système vestibulaire nous informe sur la position de la tête dans l’espace et sur les accélérations angulaires et linéaires auxquelles nous sommes soumis.

Le rôle essentiel du système vestibulaire est de participer à l’équilibration en contrôlant et en coordonnant les mouvements réflexes de la tête, du cou, du tronc et des yeux.

 

3. Les activités d'allongement : la focalisation, notre survie.

Notre survie est gérée par le cerveau reptilien.

A mesure qu'il développe sa mobilité, le jeune enfant se déplace avec des muscles souples et détendu et sans hésitation. Il porte son corps vers ce qui attire son attention. Il ne fait qu'un avec son environnement, il bouge librement en riant, joyeux et exprime pleinement ses capacité vocales. Comprendre c'est sentir avec tous ses sens, de manière à communiquer pleinement le vécu de l'expérience.

Mais en grandissant, cette exubérance enfantine , cette joie d'apprendre sont souvent effacées par les réflexes de survie et le besoin impératif de se protéger de dangers perçus. Lorsqu'on se sent stressé ou en danger, nos réflexes de survie ont tendance à raccourcir les muscles du mollet. Cette contraction de protection est naturelle, mais à terme, les muscles peuvent s'habituer à ce raccourcissement. Ce réflexe puissant et vital qui permet la fuite, intégré par le système nerveux dès le plus jeune âge, a permis à l'homme d'échapper à de véritables dangers et de survivre en milieu hostile. Les propriocepteurs vont agir de telle sorte qu'il maintiennent les muscles raccourcis, générant en nous une impression de sécurité. Les personnes qui ont ce réflexe restent en retrait, sur la défensive, tant qu'elles ne sont pas rassurées quant à leur sécurité.

Lorsque les muscles et les tissus conjonctifs souffrent de contractions chroniques, les sens sont inhibés, ainsi que la circulation lymphatique et les impulsions nerveuses. Lorsque cet état de stress s'installe, l'être humain a du mal à maintenir son équilibre. Il semble distrait, incapable de centrer son attention et risque de devenir de plus en plus sédentaire. Toute expérience nouvelle d'apprentissage devient difficile.

La pratique des activités d'allongement pour la dimension avant-arrière améliore notre compréhension, on est capable de prendre du recul et d'avoir une vue d'ensemble, tout en observant les détails.

 

4. Précision lexicale.

Kinesthésie (du grec kinesis signifiant 'mouvement' et aisthesis : 'sensibilité') est un autre terme utilisé parfois à la place de proprioception. Cependant, la kinesthésie est une perception consciente de la position et des mouvements des différentes parties du corps alors que la proprioception est une perception inconsciente de ceux-ci.

Certains différencient les sens kinesthésiques de la proprioception donnant à celle-ci un sens plus général et à la kinesthésie un sens plus spécifique, en excluant par exemple le sens de l'équilibre de la kinesthésie. Une infection de l'oreille interne, par exemple, peut dégrader le sens de l'équilibre. Ceci dégradera le sens proprioceptif, mais pas le sens kinesthésique : la personne atteinte sera capable de marcher en utilisant son sens de la vue pour maintenir son équilibre, mais en sera incapable les yeux fermés (plus de perception de son corps dans l'espace).
 

Après cette précision lexicale , on pourrait résumer cette présentation en disant que les mouvements de Brain Gym sont destinés à développer la proprioception dans son ensemble.


Articles similaires

Articles publiés

L'amour et la peur: les deux émotions extrêmes du langage de l'âme

L'aspect psycho-émotionnel de l'apprentissage

Meilleurs voeux 2024

Apprendre par le mouvement

La kinésiologie, une aide à l'apprentissage

Difficultés d'apprentissage: les troubles DYS.

Meilleurs voeux 2023

Le Dien Cham: une technique manuelle aux résultats étonnants.

La peau, ce merveilleux organe.

Intolérances alimentaires: la mode des tests de dépistages

Trop de PAI !

L'âne et le tigre ou "quand l'ignorance crie, l'intelligence se tait"

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion